• > Classes bilingues, monolingues
  • > Projet spécifique transfrontalier (échanges, passeport linguistique)
  • > Projets scientifiques
BIENVENUE SUR LE SITE DU COLLÈGE SAINTE-MARIE à ST-JEAN-DE-LUZ

Un rituel de rentrée pour les 6èmes ...

Le séjour d'intégration

Bertiz, un séjour linguistique et sportif

Les 6èmes bilingues de Sainte Marie et les CM2 bilingues de Sainte Famille d'Urquijo sont partis à Bertiz durant trois jours. Bertiz, Parc Naturel depuis 1984, est situé dans la zone montagneuse de la Navarre, en Espagne.

Le premier jour, nous avons fait de l'accrobranche à Bertiz. Il y avait six niveaux, selon la difficulté. Nous nous sommes bien amusés mais certains avaient le vertige. A la fin de chaque parcours, il y avait une tyrolienne. C'était génial !

    

Après avoir défait nos tenues, nous avons goûté avec du pain et du Nutella. Les deux nuits, nous avons dormi dans des dortoirs, il y en avait trois : deux pour les filles et un pour les garçons. C'était le bazar mais c'était rigolo. A la cantine, la cuisine était bonne. Dehors, il y avait une cour où l'on pouvait jouer au foot, au frisbee, au rugby et au basket. Le lendemain, nous avons refait de la tyrolienne. Celles-ci étaient plus hautes et plus longues : 600 mètres de hauteur et 300 mètres de longueur. Il y en avait quatre. Nous avons traversé une falaise et en dessous nous avons vu l'endroit où nous allions faire du canyoning. Donc, le lendemain, nous commençons la journée avec cette activité. Nous avons descendu des toboggans naturels, des rappels, fait un saut de 5 mètres. Nous nous sommes bien amusés, malgré la température qui était à 12° mais ça allait, parce que nous avions des combinaisons. Le dernier jour, nous avons visité le parc, naturel et protégé. Les éducateurs nous ont sensibilisés à la protection de l'environnement en nous montrant un petit film et nous avons terminé par un jeu de piste.

    

Cela nous a permis, par exemple, de connaître l'origine d'un des plus grands arbres du monde. Après un dernier repas, est venu le moment de renter à St Jean de Luz. Ces trois journées furent bien remplies d'activités sportives, ludiques, d'autres plus calmes et réfléchies. Cela nous fera de bons souvenirs.

Ruben et Mattin


De l'artisanat, du patrimoine et de la nature pour Mauléon

A leur arrivée en Soule, Les 6èmes non bilingues commencent leur première journée par la visite de deux châteaux. Entourés de verdure, ils traversent des petits chemins de campagne et grimpent sur une petite colline pour découvrir le Château Fort de Mauléon datant du XVIIème siècle.

       

      

Le second château se trouve en plein centre de la ville et appartient à Maytie d'Andurain. Il date de 1598 et une partie est encore habitée. En déambulant à travers les différentes pièces meublées comme autrefois, et grâce aux explications de la maîtresse des lieux, on peut tout à fait imaginer la vie durant les siècles précédents. Le soir, c'est un autre château qui nous accueille : celui de Libarrenx. « Mais c'est dans la partie neuve que nous dormons et dînons. »

   

La prochaine activité est sportive : une randonnée d'une dizaine de kilomètres autour du château de Libarrenx. Accompagnés de trois guides agréés, les 6èmes, qui, cette année ont un bon rythme de marche, découvrent la faune et la flore de ce merveilleux site.

   

 

Les autres activités du séjour concernent l'artisanat. Et là, les élèves ont sorti leur porte-monnaie car ils voulaient rapporter à la maison les produits qu'ils ont goûtés. Les élèves de l'atelier journal se sont mis dans la peau des produits qu'ils ont découverts :

"Je suis une espadrille. L'usine où l'on me fabrique se trouve à Mauléon. D'une étagère de l'atelier, j'ai vu des élèves arriver par l'arrière de l'usine. Une des ouvrières leur a expliqué la première étape de fabrication : le tressage de bandes de cordes qui forment ma semelle et qui est consolidée avec du caoutchouc. Puis, avec de jolis tissus, on fait le montage de l'espadrille que l'on coud à la machine, spécialité de Mauléon. Je suis unique et faîte avec des produits naturels, comme le jute, le coton ou le cuir, et biodégradables. Donc, je suis écologique. J'ai bien l'impression que, durant une bonne partie de ma vie, je vais chausser les pieds d'un de ces enfants."

Laura

           

       

 

Nous continuons notre tour de l'artisanat local à St Etienne de Baigorry.

"Que se passe- t-il dans ma boutique ?

Je suis un savon. On me fabrique dans ce magasin qui est aussi un atelier. Je suis fait à partir de lait de brebis, d'huile naturelle et de beurre. Pour que je rende la peau plus douce, on rajoute à ce premier mélange, de la glycérine et de l'huile. On peut y mettre aussi du parfum, ou du colorant. Quand tous ces ingrédients forment une crème bien homogène, on me coule dans des grands moules rectangulaires. Au bout de dix minutes, on vérifie que je suis prêt à être découpé selon la forme voulue. Je peux devenir un macaron, un donuts, un cannelé, un cube etc ... Pendant un mois, on me laisse sécher dans un endroit calme pour que la glycérine superflue s'évapore. Dernière étape, on me met dans un emballage, on me colle une étiquette expliquant ma composition et on m'installe sur un rayon de la boutique. Quand les élèves de Sainte Marie viennent nous visiter, ils nous tripotent, ils nous sentent et enfin ils se décident à nous acheter."

Luna et Llune

   

« Moi, c'est Olivier Cazenave, qui me fabrique. J'ai de la chance car parmi les élèves de Ste Marie, il y a beaucoup de gourmands. Moi, mon but dans la vie, c'est de donner du plaisir. Pour que j'aie du caractère, Olivier cherche les meilleurs cacaos qui sont cueillis à maturité. Les fèves sont ensuite torréfiées doucement, lentement. Le sucre, le beurre de cacao donnent l'amertume voulue et le fondant. Je prends forme : je suis devenu du chocolat. On me réchauffe, on me refroidit à des températures très précises pour que mon aspect soit brillant et lisse à l'extérieur mais fondant dans la bouche. C'est le moment de la dégustation. Je vais finir dans un estomac. »

 

 

2018-06-24 22:16:00